Bollinger Dominique

L'artiste : Dominique Bollinger est un photographe pigeon voyageur (Italie, Mexique, Cévennes, États-Unis, Afrique, Rome, Sicile, Sardaigne...).

Après avoir manipulé la couleur, retour aux fondamentaux du noir et blanc.
Du blanc unique pourrions-nous dire. Le blanc comme accroche, teinte plate, sans relief, couleur neutre.
Pari audacieux rarement osé par ses confrères, soit capté la lumière aveuglante sans une once de contrastes violents qui amplifient les reliefs et creusent les gouffres. Les clichés de Dominique Bollinger invitent un soleil généreux, omniprésent et pourtant hors champ, d'où la sensation de chaleur qui se dégage de ses tirages. Il crée des compositions à partir de natures mortes, de paysages, et d'architectures.
Il photographie de manière stricte, quasi scientifique. La rigueur formelle des compositions offre alors un espace aérien de nuances de blanc et de gris délicats.

L'artiste cherche donc la maîtrise de la lumière et des ombres à l'égal de la composition en peinture. Chaque tirage joue cette note précise de la lumière. L'artiste ne cherche pas forcément les contrastes mais plutôt les nuances.
À son opposé, "Chair et os " est un cliché froid qui nous renvoie aux planches anatomiques répertoriant le corps humain . Par la lumière et la prise de vue, cette œuvre essaie de faire sortir la réalité exacte de ces éléments et de les sublimer. Il s'agit aussi d'un hommage direct au genre pictural qualifié de "vanité". Par des moyens détournés, souvent inclus au sein d'une nature morte, ce type d'expression symbolise le temps qui passe irrémédiablement et rappel l'humilité nécessaire face à notre condition de mortel.

Ainsi, un os et des fruits cueillis deviennent par nature des éléments sans vie, d'où cette composition de fruits desséchés blanchis et un fragment d'os dont on se demande comment ils tiennent en équilibre face à nous. Pour appuyer son propos, l'artiste intitule la photo " Chair et os ". A l'inverse des vanités habituelles, il ne favorise pas la couleur et la diversité. Le noir intense sert ici de lit au blanc majestueux.
"C'est la lumière pure, claire lumière, comme la transparence d'un diamant" Dominique Bollinger

Prix : First prize : G.R. Namias : Milano, Italy. Prix Agfa : Photographie Magazine à Paris. Prix Kodak de la critique photographique

Collections : Centre Georges Pompidou à Paris, Bibliothèque Nationale à Paris, Musée Nicephore Niepce à Châlon-sur-Saône, Museo della fotografia à Caltagirone en Italie.

Galeries :
ETATS-UNIS : Sous les Etoiles, New York. - Meter Gallery, New York
ALLEMAGNE : Flo Peters Gallery, Hamburg - Galerie Benninger Moltkestr, Koln
SUISSE : Galerie Krisal, Genève
FRANCE : Galerie Olivier Nouvellet, Paris

Publications :Nombreuses publications dans Zoom

Contact : dominiquebollinger.com
Facebook
Instagram